Étude de cas #11 - Mettre la flexibilité au centre de sa vie professionnelle pour lancer son podcast à côté de son job

Léa est la fondatrice et hôtesse du podcast “Le Tilt” qui questionne les modes de travail d’aujourd’hui et partage des outils et des inspirations métiers à ceux qui veulent réinventer leur vie professionnelle. Cette activité “passion”, elle l’exerce à côté de son métier de consultante en stratégie de marque et de contenu freelance depuis plus d’un an.

Comme de plus en plus de monde aujourd’hui, Léa a trouvé une manière propre de développer un “side project”, c’est-à-dire un projet professionnel en parallèle de son job actuel. Cette organisation lui permet de travailler sans pression financière sur le développement de son podcast. Retour sur la manière dont elle a réussi à mettre en place cet équilibre et à s’organiser au quotidien.

Le bien-être au travail, un concept propre à chacun

Dès mon premier CDI en tant que responsable marketing pour une agence, j’ai senti que quelque chose n’allait pas. Même si j’adorais ce que je faisais, j’ai vite compris que la culture d’entreprise (ancrée dans une certaine forme de présentéisme) me pesait beaucoup.

En discutant avec mes collègues, j’ai réalisé que d’autres personnes ne se sentaient pas bien, pour des raisons diverses et variées : salaire, localisation, management, etc. Ces différents témoignages m’ont fait prendre conscience que chacun a sa propre définition du bien-être au travail.

Finalement, c’est un sujet central pour notre génération, tout le monde se questionne et poursuit une quête de l’épanouissement professionnel mais ne sait pas forcément comment le trouver. J’ai alors eu “mon tilt” et je me suis décidée à partager des témoignages et inspirations afin d’aider ceux qui ne se sentent pas épanouis ou bloqués.

LE TILT

3 semaines pour appuyer sur le bouton “publier” de mon premier épisode

Le format du podcast ne m’est pas apparu comme évident au début mais j’ai rapidement été conquise. J’ai trouvé que c’était un bon moyen de capter l’attention des gens dans des moments où ils sont aptes à la donner.

En quelques mois j’avais posé toutes mes idées sur papier et j’avais enregistré le premier épisode. Pendant 3 semaines tout était prêt mais j’étais paralysée à l’idée d’appuyer sur le bouton “publier”. J’avais peur qu’on se moque de moi et d’être décrédibilisée auprès de mes clients. Un jour mon copain m’a posé un ultimatum et m’a dit “Léa, soit tu le publies maintenant, soit tu n’en parles plus jamais”. Ça m’a fait réaliser que je repoussais la publication uniquement parce que j’avais peur et c’était tout ce qu’il me fallait pour me lancer pour de bon. Les quelques écoutes que j’ai eu dès les premières heures m’ont beaucoup rassurée, j’avais sauté le pas !

“Freelance à temps plein ? Très peu pour moi !”

Travailler sur mon podcast tout en gardant mon emploi salarié était assez frustrant : je ne pouvais y accorder que quelques heures le soir et le weekend. Une opportunité s’est ensuite présentée pour passer freelance à temps plein, et même si je la voyais comme un boulevard pour donner le temps et l’énergie que mon podcast méritait, je n’étais pas forcément emballée. J’étais accrochée à l’idée que je devais être salariée, notamment pour la sécurité financière. Même si mes amis voyaient cette piste comme évidente pour moi parce que j’avais toujours fait des missions de freelancing à côté de mon job, j’avais du mal à la voir de la même manière.

Je me suis fait accompagner en coaching professionnel pour débloquer cette croyance et après plusieurs séances, avec le chômage et deux clients déjà dans mon portefeuille, j’ai décidé de saisir cette opportunité.

cowomen-UUPpu2sYV6E-unsplash

La flexibilité au centre de ma vie professionnelle

Ce qui est génial dans le fait de travailler en tant que freelance c’est que je peux allouer le temps que je veux à mes projets. J’ai une liberté qui n’a pas de prix et la flexibilité est au centre de ma vie professionnelle. Mon objectif est de retrouver le même niveau de vie que quand j’étais salariée, mais la liberté que j’ai acquise dans la manière de gérer mon emploi du temps est inestimable. C’est ce que le coaching m’a aidé à réaliser : la liberté de gérer mon temps comme je l’entends est un luxe pour moi.

Avoir son podcast c’est aussi beaucoup de boulot, autour de 2 jours en tout pour publier un épisode d’1h. J’ai fait le choix de ne chercher aucune rémunération avec ce projet car il faut une audience très large pour réussir à monétiser un podcast. Même avec 25 000 écoutes par mois c’est difficile de payer son loyer. Je n’avais pas non plus envie de polluer mon audience avec des annonceurs qui ne correspondent pas à ce que mes auditeurs attendent.

Aujourd’hui je vois ce projet comme un moyen de fédérer une communauté autour d’un sujet qui me tient à cœur. Si demain j’ai un projet entrepreneurial à monter dans ce secteur, je sais que j’aurai déjà une audience à mobiliser. Pour 2021 mes objectifs sont à la fois de consolider mon activité freelance et de régulariser mes épisodes.

J’ai trouvé le modèle qui me convient mais le freelancing vient forcément avec son lot d’angoisses : certaines périodes sont bonnes, d’autres moins et j’ai dû apprendre à vivre avec.

Cette activité de podcasting ne m’apporte aucun retour financier, mais j’ai un retour humain qui est hyper positif. Des clients m’ont aussi connue à travers ce podcast donc ça augmente aussi mes missions de freelance et ma légitimité. Les deux s’entretiennent et se complètent !

kate-oseen-XQKUIPjPl-s-unsplash

Mes conseils à une personne qui voudrait lancer son podcast :

  • Garder son job car le podcast ça ne rémunère pas ou très peu ! Je vous conseille de le voir comme un side project que vous pourrez développer le soir et le weekend.
  • Parler à des gens qui ont déjà lancé leur podcast pour vous rendre compte comment ils ont fait.
  • Ne pas attendre d’avoir tout : dans mes premiers épisodes j’ai bidouillé pour avoir un son passable et je n’étais pas une experte du montage. D’ailleurs je n’ai acheté des vrais micros seulement il y a 3 mois !
  • Être patient.e car les écoutes viennent au fur et à mesure des épisodes qu’on publie. Au début c’est pas mal de capitaliser sur les audiences des invités.

Ce qu’on peut retenir du parcours de Léa, par Roxane Régnier, fondatrice de Misfit :

  •  
  • Le fait d’organiser sa vie professionnelle autour d’une valeur phare : Léa a réussi à mettre le doigt sur le critère le plus important pour elle : la flexibilité d’emploi du temps. Elle a donc construit toute sa vie professionnelle autour de cette valeur et a aujourd’hui trouvé un équilibre qui lui permet de dédier en moyenne 1 journée par semaine à un projet non lucratif. On ne le répète jamais assez, mais identifier clairement ce qu’on valorise est LE point de départ indispensable pour mener une réflexion réussie sur sa vie professionnelle.
  • Le fait de compartimenter ses activités professionnelles : Léa a directement défini quelle activité devrait être lucrative, ce qui lui a permis de se délester de la pression financière sur son projet de lancement de podcast. Comme Marion qui nous racontait dans l’étude de cas #9 qu’elle avait décidé de n’attendre aucun retour financier de sa chaîne Youtube, Léa voit dans ce projet une activité 100% plaisir.
  • Le fait de travailler sur ses croyances limitantes : Au moment de passer le cap du freelancing à temps plein, Léa était convaincue que ce n’était pas pour elle, comme Clémentine qui nous avait raconté dans l’étude de cas #6 comment elle a réussi à dépasser ce blocage. C’est en remettant en cause ce mode de pensée qu’elle a finalement réussi à se projeter dans un nouveau format de travail. Si vous êtes vous-même confrontée aujourd’hui à une croyance similaire, je vous invite à vous poser ces questions : “Pourquoi est-ce que ce ne serait pas pour vous ? Comment êtes-vous sûre que ça ne vous permettrait pas de vous sentir en sécurité financièrement ? Qu’est-ce qui vous manque pour vous sentir en sécurité ? De combien ”

Comme Léa vous considérez lancer votre podcast ou devenir freelance dans le but de réinventer votre vie professionnelle ?

Notre bilan de compétences non conventionnel vous accompagnera sur 3 mois afin de vous aider à planifier votre reconversion professionnelle ! C’est un accompagnement entièrement individuel et personnalisé, comprenant plus de 10h de face-à-face avec l’une de nos coachs certifiées et pris en charge par votre CPF.

Jetez un coup d’œil au programme et réservez votre session découverte (gratuite et sans engagement) avec l’une de nos coach ici.