#13 - Comment nous avons ouvert notre boutique de tissus avec zéro économie, un job à plein temps et des enfants

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que Claire et Julie ont ouvert la boutique Les Marchandes, une boutique de tissus modernes au cœur de Toulouse.

Issues toutes les deux du milieu de la création et de la mode, elles se sont rencontrées au travail, lorsqu’elles étaient employées d’une mercerie dans la ville rose. C’est ensemble qu’elles se sont mises à rêver d’ouvrir leur propre boutique. À l’époque elles n’avaient quasiment pas d’économies, et n’auraient jamais pensé avoir la chance de tenir un si joli commerce en plein centre de Toulouse.

Aujourd’hui, elles ont 38 et 34 ans et sont fières de dire que même si elles sont commerçantes, elles “ont une vie”, “prennent des vacances” et “n’ont pas l’impression de travailler au quotidien”.

L’histoire de Claire et Julie montre que même avec peu d’argent de côté, un job à temps plein et un rôle de jeune maman, on peut rêver en grand !

Une rencontre entre deux passionnées de couture mal dans leurs jobs

Après avoir essayé chacune de leur côté de monter leur marques dans le milieu de la mode, Claire et Julie ont travaillé en mercerie pendant plusieurs années à conseiller des clientes sur leurs achats de couture.

C’est au sein de la dernière mercerie dans laquelle elles ont travaillé qu’elles se sont rendu compte qu’elles rêvaient de changement. En effet elles souffraient toutes les deux d’un manque de reconnaissance et étaient conscientes qu’elles n’exploitaient pas leur potentiel comme elles le devraient.

Elles sont restées de nombreuses années rémunérées au SMIC, sans aucune perspective d’évolution. Un jour, elles se sont dit que “tant qu’à dépenser de l’énergie, autant la dépenser pour un projet qui leur tenait à cœur”.

La force du collectif qui a fait toute la différence

Claire et Julie s’étaient toutes les deux essayées à l’entrepreneuriat dans le passé : Claire créait des accessoires de mode et Julie des robes de mariées.

Elles avaient à l’époque rapidement déchanté de cette aventure entrepreneuriale toutes deux pour les mêmes raisons : le fait de se retrouver seules face aux difficultés était trop démotivant. Ces expériences, elles les voient comme des apprentissages forts qui les ont amenées à réussir le lancement de leur boutique aujourd’hui.

Cette nouvelle aventure signait une grande différence avec leurs expériences précédentes : cette fois-ci elles n’étaient pas seules, elles étaient deux et ça changeait tout.

« Si elle n’avait pas été là, je ne l’aurais jamais fait !”

Affirment-elles en cœur.

Concrétiser le projet avec un job à temps plein, des enfants et le SMIC

Claire et Julie ont commencé par se retrouver une fois par semaine chez l’une et l’autre pour travailler sur le concept. Elles savaient qu’elles voulaient vendre des tissus mais il fallait préciser le projet. Elles ont tout d’abord pensé à faire de la vente en ligne par soucis d’économies, mais elles ont vite abandonné l’idée car cela ne leur ressemblait pas, elles avaient besoin de concret.

De fil en aiguille, elles ont atterri à leur première réunion d’information sur l’entrepreneuriat féminin. À la fin de ce premier événement, elles se sont retrouvées partagées entre découragement et motivation : elles découvraient les difficultés liées à l’ouverture d’une boutique, et si ça leur a fait peur un temps, la motivation a vite repris le dessus.

Le père de Julie leur a proposé de leur prêter son garage pour le transformer en boutique. Il fallait faire beaucoup de travaux et elles se sont rendues à l’évidence : elles ne pouvaient pas échapper au prêt bancaire.

Claire et Julie se sont alors autorisées à chercher un local au centre de Toulouse, ce à quoi elles n’osaient pas rêver au début. Elles ont appris qu’il existait des prêts à taux zéro et des structures d’accompagnement adaptées.

Leur projet devenait réellement possible.

Entre recherche du local parfait et plaidoirie auprès des banques

Après avoir visité plusieurs locaux, Claire et Julie sont tombées amoureuses du local dans lequel elles sont installées aujourd’hui. Le loyer et droit au bail étaient très chers et elles avaient besoin d’apporter au moins 10% de l’investissement total.

Pour obtenir le prêt, elles ont dû présenter un dossier complet aux banques, avec une étude de marché et budget prévisionnel. Pendant ce travail, elles ont reçu de nombreuses remarques leur disant qu’elles n’allaient pas y arriver et que ça allait être très dur.

Mais étant dans le milieu de la couture depuis longtemps, leurs profils sont apparus crédibles, légitimes et professionnels auprès des banques.

“C’est ce qui nous a sauvées, car nous avions un tout petit apport et nos profils étaient moins solvables que d’autres. Nous avons retourné ciel et terre pour trouver l’apport de 10% auprès de nos proches, nous avons obtenu le prêt et débloqué les autres prêts à taux zéro. Le local était à nous !”

Après l’obtention du prêt, tout a été fluide

Dans la foulée Claire et Julie ont réussi à obtenir chacune une rupture conventionnelle avec leur employeur, ce qui leur a permis d’obtenir le chômage pendant deux ans.

Après un mois et demi de travaux qu’elles ont fait entièrement elles-mêmes afin de réduire les coûts, elles ouvraient la boutique en septembre 2019.

Claire et Julie ont ensuite rapidement trouvé leur équilibre : les tâches se sont réparties naturellement, le fait d’être deux leur a permis d’alterner la présence en boutique pour que l’une et l’autre prenne du temps pour voir sa famille, et au bout de 6 mois elles ont pu commencer à prendre des vrais jours de congés.

Aujourd’hui elles arrivent à acheter des stocks et renouveler les collections. Leur boutique commence même à être bien connue des couturières toulousaines.

Elles sont confiantes dans le fait qu’elles pourront bientôt se payer un salaire et sont très heureuses de là où elles en sont aujourd’hui.

Les conseils de Claire et Julie à des femmes qui rêvent d’autres horizons :

  • Ne pas s’attacher à ce que disent les autres : nous avons reçu beaucoup de remarques démotivantes quand nous parlions de notre projet. “Vous n’aurez plus de vie”, “vous ne pourrez jamais prendre de vacances” ou encore “vous n’obtiendrez jamais de prêt avec ce type de profils”. Tout s’est avéré faux, donc heureusement que nous ne les avons pas écoutées ! En effet, les histoires des autres ne s’appliquent pas forcément à vous.
  • Ne sous-estimez pas vos atouts ! En ce qui nous concerne, nous avons à la fois mis en avant le fait que nous connaissions très bien le milieu de la couture et le fait que comme nous avions toujours géré des budgets serrés, nous pouvions être des entrepreneuses responsables.
  • L’aspect “passion” fait toute la différence. Le fait d’exercer sa passion a le pouvoir de décupler votre énergie et de vous rendre très résiliente, ne le négligez pas !

Ce qu’on peut retenir du parcours de Claire et Julie, par Roxane Régnier, fondatrice de Misfit

  • Il est important de capitaliser sur ses échecs : Claire et Julie se sont nourries de leurs précédentes expériences pour mener à bien leur nouveau projet. Elles avaient analysé les raisons pour lesquelles leurs projets avaient capoté et en ont tiré des vraies leçons. Elles ont alors pu jouer là-dessus pour renforcer leur crédibilité auprès des banques, et gagner confiance dans le fait que leur nouveau projet allait réussir car il ne présentait pas les mêmes caractéristiques.
  • Lancer un projet entrepreneurial sans avoir d’argent de côté est totalement possible ! C’est en faisant preuve de beaucoup de débrouillardise que Claire et Julie ont pu compenser le fait qu’elles avaient peu d’économies. Elles se sont rendu compte qu’elles pouvaient faire beaucoup de tâches elles-mêmes ou en demandant de l’aide à leurs proches, ce qui leur a permis de faire de grandes économies.
  • Attention aux projections des autres ! Claire et Julie ont fait face à ce qu’on appelle des projections psychologiques : leur entourage projetait qu’elles n’allaient pas réussir parce qu’il se basait sur des a priori et des histoires entendues à tout va. Mais ce qui est sûr, c’est que chaque histoire est différente : ce n’est pas parce que c’est arrivé à d’autres, que ça vous arrivera nécessairement à vous !

____

Comme Claire et Julie, vous vous prenez parfois à rêver en grand sans vous en sentir capable ?

Jetez un œil au Bilan de Compétences “Je Change de Job” : c’est un accompagnement de 3 mois 100% en ligne, spécifiquement conçu pour les femmes en quête de changement.

Cet accompagnement individuel et entièrement personnalisé, finançable par le CPF vous aidera à vous sentir capable de mener votre projet professionnel au bout de vos ambitions !

Réservez votre première session offerte de 30 minutes ici 😉