#8 : De cheffe de projet en communication à naturopathe, conseils pour réussir votre reconversion

Camille est aujourd’hui naturopathe à son compte. Avant ça, elle a travaillé en tant que chargée de communication au sein de différentes entreprises, en ayant toujours ce sentiment qu’elle n’était pas à sa place.

Elle a traversé beaucoup d’épreuves avant de trouver sa voie, entre burnout, deuil et voyage en Inde. La reconversion de Camille est l’histoire d’une vraie résiliente, déterminée à créer une vie professionnelle en accord avec ses valeurs.

Dans cette étude de cas, Camille vous raconte son cheminement et comment elle a réussi à faire un choix et à aller au bout de sa reconversion. Découvrez aussi ce que vous pouvez retenir de ce parcours de battante et comment vous pouvez l’appliquer à vous-même.

Comment le décès de mon père m’a ouvert les yeux sur l’importance de prendre soin de son corps

J’étais cheffe de projet communication quand on a diagnostiqué un cancer des poumons à mon père. J’avais alors 25 ans. Il était très “pro-médicament”, et c’est en le voyant malade que je me suis rendu compte que l’hygiène de vie était directement liée à notre état physique. La maladie ne nous tombe pas dessus, c’est un processus qui se construit petit à petit.

J’ai alors commencé à me renseigner sur les huiles essentielles et la phytothérapie. J’ai toujours aimé la psychologie et le développement personnel donc je prenais beaucoup de plaisir à explorer ce milieu là, et c’est vite devenu une passion. 

christin-hume-0MoF-Fe0w0A-unsplash

Entre voyage en Inde, dépression et burnout

J’avais 28 ans quand mon père est décédé et j’étais bien consciente que mon métier ne me plaisait pas. Je n’avais pas confiance en moi, j’avais une faible estime de moi-même et je me voyais rentrer petit à petit dans un processus dépressif. J’étais complètement perdue, je ne savais ni qui j’étais, ni ce que je voulais.

Je suis alors partie en Inde en vacances et c’est là-bas que j’ai eu un gros déclic sur mes envies, mes valeurs et mon métier. J’ai aussi compris que la réussite pouvait avoir plusieurs définitions et qu’en France nous nous attachions à des indicateurs beaucoup trop matériels.

À ce moment-là, je venais de commencer à travailler au sein d’une nouvelle entreprise en tant que chargée de communication et je me sentais en décalage complet avec la culture de travail et de management. Je commençais à tomber régulièrement malade, et j’ai tenu un an dans ces conditions avant de demander à partir. J’ai alors négocié mon départ et le lendemain de mon dernier jour, j’ai fait un burnout. Comme si mon corps avait relâché toute la pression d’un coup pour pouvoir enfin se reposer.

Camille 1

C’est en me faisant accompagner que j’ai pu prendre une décision

Depuis mon retour en Inde, je savais que quelque chose n’allait pas mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. J’ai alors commencé à me faire accompagner par une coach en développement professionnel et grâce à elle j’ai pu reprendre toute ma réflexion de zéro.

Nous avons travaillé sur ma place dans le monde professionnel et elle m’a aidé à déterminer les types d’environnements qui m’attiraient. Elle m’a également aidé à reprendre confiance en moi en redécouvrant mes qualités et capacités. Trois pistes sérieuses ont été étudiées : conseillère d’orientation, naturopathe et psychologue. En fait, ces pistes étaient des idées que j’avais déjà au lycée et qui sont ressorties pendant ce travail.

Devenir psychologue m’imposait de reprendre des études pendant minimum 3 ans donc j’ai écarté cette piste rapidement. J’avais besoin d’une reconversion rapide. Devenir conseillère d’orientation m’obligeait à dépendre du Ministère de l’Education Nationale, un milieu que je percevais comme trop rigide et qui selon moi met les individus dans des cases, donc je l’ai aussi écartée. La piste Naturopathe me semblait cohérente et m’attirait beaucoup.

De plus, devenir naturopathe était pour moi une façon de coupler la partie pédagogique du métier de conseillère d’orientation et l’aspect thérapeutique du métier de psychologue. C’était parfait pour moi !

“Quand on est sur le bon chemin, tout se fait naturellement”

À partir du moment où j’avais pris ma décision, tout s’est fait très facilement. J’ai de suite trouvé une école de naturopathie qui me convenait. En réalité, j’avais déjà entendu parler de cette école dans le passé mais le prix m’avait rebutée et j’avais laissé cette idée dans un coin de ma tête. Maintenant que ce projet de reconversion était devenu ma priorité, j’ai réussi à trouver l’argent nécessaire pour le financer.

J’ai pris la décision d’investir en moi, donc j’ai dû faire des concessions sur le reste : pas d’achat de voiture par exemple. Reprendre les études n’a pas été facile mais ça me procurait un sentiment différent que quand je faisais mes études en étant plus jeune : je le faisais pour moi et c’était extrêmement plaisant. Je me suis investie à fond dans cette année d’études, je n’ai jamais autant bossé de ma vie, mais c’était pour le mieux !

Aujourd’hui cela fait un an que je suis à mon compte, et je n’ai pas rencontré de difficulté particulière pour lancer mon activité : tout s’est fait naturellement, sans blocage. Je gagne moins qu’avant pour l’instant mais je consomme beaucoup moins également car je souhaite rester cohérente dans ma reconversion sur tous les plans.

Même si c’est difficile avec la crise aujourd’hui de lancer son business, pour rien au monde je ne reviendrai en arrière.

Capture d’écran 2021-09-09 à 15.27.43

Les conseils de Camille :

  • Envisager une reconversion n’est pas chose facile car quand cela fait 10 ans qu’on travaille dans le même secteur, on a beaucoup de mal à imaginer ce que l’on pourrait faire d’autre, on se sait pas à quoi ressemble le reste. Donc on a peur et on reste bloqué. Sauf qu’il ne faut pas oublier que faire quelque chose qui n’est pas en accord avec soi-même et ses valeurs consomme beaucoup d’énergie ! Parfois il vaut mieux prendre le taureau par les cornes et aller explorer ce qu’il y a ailleurs 🙂

  • Si on n’est pas accompagnée c’est très difficile de faire toute cette réflexion seule. Quand on ne se sent pas bien, nos idées ne sont pas claires et on a besoin de quelqu’un pour déméler tout ça. Pour ma part, j’ai énormément bénéficié des accompagnements thérapeutique et de coaching que j’ai suivi pendant cette période.

  • Il est important de bien budgéter tous ses coûts de reconversion pour éviter les mauvaises surprises ! Je conseille de le faire de la manière la plus rigoureuse possible, ça vous permettra de vous sentir en contrôle sur vos dépenses.

  • Enfin, ça peut sembler “bâteau” mais il faut se faire confiance et suivre son intuition. C’est une période où il faut arrêter d’écouter l’opinion des autres pour s’écouter soi-même. C’est effectivement quelque chose qui est accessible seulement quand on a l’esprit clair – d’où l’importance de se faire accompagner, et de parler de ses doutes et réflexions autour de soi.
giulia-bertelli-dvXGnwnYweM-unsplash

Que devez-vous retenir de l’histoire de Camille ?

  • “Quand c’est naturel ça va tout seul” : On s’imagine souvent que ce qui est à venir va être plus difficile que ce que l’on a déjà traversé, alors que parfois, c’est le contraire ! Comme Camille l’a expérimenté, quand elle travaillait dans des conditions qui n’étaient pas alignées avec ses valeurs, elle se sentait très mal autant sur les plans physique qu’émotionnel et psychologique. Mais à partir du moment où elle a été en accord avec elle-même, tout s’est fait facilement et elle a retrouvé son énergie. 

  • Prendre une décision sur sa reconversion prend du temps, ça ne se fait pas en un jour ! Dans le cas de Camille ça a pris plusieurs années pour mijoter dans sa tête. Accordez-vous le temps nécessaire pour laisser vos idées et vos réflexions se concrétiser dans votre tête. Ce n’est pas grave si les choses ne sont pas claires dès le début et c’est complètement normal que ça prenne du temps.

  • Soyez attentive aux signes : vous aviez une idée de projet quand vous étiez jeune mais vous l’avez mise de côté ? Vous étiez intéressée par faire une formation spécifique mais vous la trouviez trop chère donc vous l’avez écartée ? Ce sont ce type d’informations qui méritent d’être analysées et reconsidérées à la lumière de votre situation présente.

────

Comme Camille vous souhaitez reprendre le contrôle sur votre vie pro et bénéficier d’un accompagnement afin d’identifier vos prochaines pistes professionnelles ?

Notre bilan de compétences non conventionnel vous accompagnera sur 3 mois afin de vous aider à planifier votre reconversion professionnelle ! C’est un accompagnement entièrement individuel et personnalisé, comprenant plus de 10h de face-à-face avec l’une de nos coachs certifiées et pris en charge par votre CPF.

Jetez un coup d’œil au programme et réservez votre session découverte (gratuite et sans engagement) avec l’une de nos coach ici.

Psst .. Camille offre 10% de réduction sur tous ses services de naturopathie à toutes les adhérentes de Misfit. Si vous êtes déjà adhérente Misfit, allez voir par si ça vous intéresse et dites que vous venez de la part de Misfit au moment de la réservation 😉 !